Formation trading > Formation > devenir trader

Comment devenir trader ?

Le fait de devenir trader est louable puisque non seulement c’est un métier passionnant, mais cela permet aussi de contribuer à l’économie et donc d’améliorer le taux du marché de l’emploi. Mais avant d’en arriver à ce stade, il est d’abord important de savoir quel type de trader on souhaite devenir. On en distingue aujourd’hui trois catégories : l’amateur, l’indépendant et le professionnel ; paraît-il que ce dernier est en voie de disparition. C’est en fonction de l’objectif final que la formation en bourse ou au trading à suivre doit être choisie ; son intensité ne sera pas la même pour chaque catégorie. Il en va de même des attentes que l’on pourra avoir surtout si l’on vise un poste dans une institution financière ou directement sur les marchés boursiers.

Devenir trader
Quelles sont les étapes pour devenir trader ?

Contextualisation du métier de trader professionnel

Afin de comprendre les enjeux d’un tel poste, il convient tout d’abord de comprendre le marché. Lorsqu’on parle de trading pour un néophyte, on a tous en têtes de vieilles images de traders travaillant dans une grande salle hurlant des ordres d’achat et de vente dans un brouhaha complexe – The Wolf of Wall Street, le film de Martin Scorsese dans lequel Leonardo DiCaprio joue un trader impitoyable. Ce film relatait véritablement le métier d’un professionnel du trading, mais aujourd’hui, ce n’est plus pareil. Le déclin de la profession est survenu avec la crise de 2008 ainsi que la montée en puissance des algorithmes de trading et des robots qui pouvaient donner des ordres beaucoup plus rapidement avec une fréquence prédéfinie. Mais, car il y a un mais, les traders professionnels existent encore bel et bien, bien qu’ils soient en voie de disparition, ils font encore gagner beaucoup d’argent voire énormément à leurs employeurs, généralement les institutions financières et les multinationales, dont certaines, sont cotées en bourse.

La place du trader professionnel au sein d’un fonds d’investissement

Contrairement au trader indépendant ou à celui qui le fait à ses heures perdues (l’amateur), un trader professionnel louera ses services à des entreprises. De ce fait, il est important qu’il comprenne la place qu’il occupera dans un « hedge fund », un fonds ou toute autre structure plaçant des actifs sur les marchés financiers. Pour la structure pyramidale d’un fond, on retrouve ainsi, de la tête à la base :

  • Le gérant de fonds : C’est le chef d’orchestre qui fait vivre le fond et décide de l’orientation stratégie. Il reçoit les analyses et différents rapports de ses partenaires.
  • L’analyste fondamental : Il a pour rôle d’analyser les indicatifs micro/macroéconomiques, d’étudier les secteurs clés comme les matières premières ou les nouvelles technologies, de coupler les diverses analyses (analyse des indicateurs, analyse sectorielle…), de vérifier les données économiques des entreprises (CA, croissance, prévision, résultats financiers…), de remettre ses rapports d’analyse au gérant de fonds afin qu’il puisse prendre les bonnes décisions.
  • L’analyste technique : Il analyse les cours de la bourse, les tendances à court et à long terme ; des analyses basées sur un cours précis sur des durées variables. Il répond aussi directement au gérant de fonds pour qu’il puisse également prendre les bonnes décisions.
  • L’économiste : C’est un des piliers dans le monde financier puisqu’il a pour rôle d’étudier l’économie au sens large ainsi que la tendance économique mondiale, le taux de croissance d’un pays, les taux de chômage, etc.
  • Le head of trader : C’est le responsable des traders qui est lui aussi un professionnel bien évidemment. Il supervise tous les autres traders du fonds et si c’est un très gros fond, il aura à sa charge une grande équipe.
  • Le trader : Le trader est l’exécuteur de la stratégie. Si on fait le rapprochement avec les bâtiments, on peut dire qu’il fait partie des fondations. Il achète et vend sur les marchés financiers en respectant les consignes du gérant de fonds ; des jours voire des mois pour compléter leurs objectifs.

Se faire embaucher en tant que trader professionnel

Ce qu’il faut comprendre d’emblée à propos du trader professionnel, c’est qu’il fait partie des acteurs de la bourse dont la théorie ne suffit pas sauf s’il est analyste. Dans l’esprit des gens, un trader est un homme ou une femme qui achète et vend sur les marchés financiers – ce n’est pas faux – comme le célèbre Jérôme Kerviel. Ce type de poste est le plus prisé puisqu’il est le plus payé, mais il est également le plus risqué. Ce qui fera sa plus-value sur le marché de l’emploi, c’est la régularité et les performances de ses « trades ». Il peut ainsi postuler avec l’analyse de ses trades (track record) sur X mois-années et bien les expliquer/défendre devant le futur employeur.

Passer par la grande porte

Concernant les études pour devenir trader, il devra au préalable avoir suivi une formation scientifique : école de commerce, école d’ingénieur, master de mathématique, doctorat en économie-gestion… Actuellement, les formations les plus prisées et reconnues pour se former en tant que professionnel sont :

  • Les grandes écoles d'ingénieurs : Centrale, Ponts ParisTech ou encore Polytechnique.
  • Les grandes écoles de commerce : HEC, EDHEC et ESSEC, entre autres.
  • Les universités spécialisées en finance : Pierre et Marie Curie et Paris Dauphine notamment.

Passer par la petite porte

Pour ceux qui n’ont pas la possibilité de passer par la grande porte, les grandes écoles françaises, ils pourront essayer la porte dérobée ; l’expression « rentrer par la petite porte » prend tout son sens, en suivant une formation en finance plus modeste puis en intégrant une institution financière spécialisée dans le trading dans laquelle ils pourront évoluer en interne ou pourquoi pas en s’expatriant. En effet, il semblerait qu’il soit plus aisé de travailler sur les marchés à Londres qui est la première place boursière au monde, mais pour cela, il faudra impérativement maîtriser l’anglais des affaires sur le bout des doigts. En gros, il suffit d’être à l’aise avec les mathématiques, des maths simples, rien de vraiment complexe, puis avoir des bases en anglais et enfin, pas des moindres, être en mesure de travailler dans un environnement pouvant être stressant par moment.

Travailler en tant que trader indépendant

Une autre possibilité, c’est de le faire à son propre compte. Cela signifie qu’il gagnera sa vie par ses propres moyens ou éventuellement de travailler pour des « hedge fund » en sous-traitance. Ce scénario est beaucoup plus répandu pour les particuliers souhaitant travailler dans le trading sur les marchés financiers. Pour ce faire, c’est presque le même parcours que si l’on souhaite être un professionnel ou le faire pour le compte de fonds d’investissement. Le parcours étant les grandes études ou être autodidacte. Par contre, si l’on souhaite être indépendant pour son propre compte, il n’y a pas de règles et il n’y a pas besoin de suivre de grandes études pour cela, mais plutôt d’apprendre auprès de professionnels du métier. Une autre solution, c’est de monter son propre fond que l’on peut appeler fintech (contraction de finance et de technologie). Mais pour cela, il faudra disposer d’une certaine somme d’argent – de nombreux traders expérimentés suggèrent de mettre au moins un an de revenu de côté avant de commencer. Cet argent ne représente pas le capital avec lequel entrer/sortir sur les marchés financiers, mais plutôt de l’argent pour payer les frais de subsistance (logement, nourriture, factures…). D’une autre part, il sera nécessaire de disposer d’un capital distinct dont le montant variera en fonction du type de trading effectué.

Résumé

Avant de se lancer, il faut d’abord savoir quel type de trader l’on souhaite devenir : professionnel, indépendant ou amateur (à ses heures perdues). Pour un professionnel souhaitant évoluer dans un fonds d’investissement comme un hedge fund par exemple, il devra bien choisir le poste qu’il souhaite occuper ; il se peut qu’un poste d’analyste lui convienne le plus qu’un poste de trader pur. Si son objectif est de performer pour son propre compte, il pourra exercer en tant qu’indépendant ou sous-traiter pour des fonds ou d’autres institutions financières. La case formation est bien évidemment indispensable pour être un bon trader.

Laisser un commentaire