Le wash trading

Le wash trading représente une sorte d’escroquerie ou d’arnaque (trading arnaque) où une personne n’est pas arnaquée directement, mais le but étant plutôt d’influencer le marché, de le tromper et donc d’arnaquer des individus lambdas que l’on ne connaît pas. Prenant le sens de lavage en français, cette méthode a principalement deux objectifs que nous verrons dans cet article.

Le wash trading
Point sur le wash trading une pratique interdite

Qu’est-ce que le wash trading ?

Le wash trading est un processus par lequel un trader ou une institution financière (scandale du Libor) achète et vend un titre dans le but de transmettre des informations trompeuses au marché. Cela est fait exprès dans l’objectif :

  • D’augmenter artificiellement le volume des échanges donnant l’impression que l’instrument financier est plus demandé qu’il ne l’est vraiment – les titres à fort volume sont plus facilement repérables par les investisseurs.
  • De générer des commissions aux courtiers afin de les rémunérer pour quelque chose qui ne peut pas être payé ouvertement (rétrocommission). Cela a été fait par certains des participants au scandale Libor.

Qui sont les acteurs du wash trading ?

Dans certaines situations, les opérations de wash trading sont exécutées en connivence entre un trader et un courtier ou par un trader et une institution financière (scandale du Libor). Parfois, un acteur à lui tout seul est à la base du wash trading. Son but étant le plus souvent de gonfler les volumes d’échanges sur un titre financier.

À qui profite le crime ? Exemple de wash trading

Élémentaire mon cher Watson dirait Holmes ! Voici un exemple de wash trading et pourquoi il peut être utilisé : « Supposons »

Un trader que l’on nommera Toto et son courtier s’entendent pour acheter et vendre rapidement des actions « X ». Remarquant l’activité sur le volume via des alertes sur leur logiciel de trading, d’autres traders se disent alors qu’il se passe un truc et qu’il y a une opportunité. Certains suivront alors la vague en mettant de l’argent sur « X » pour profiter des mouvements de prix. Toto shorte ensuite le titre, c’est-à-dire qu’il mise sur sa baisse, profitant ainsi d’un mouvement de prix à la baisse.

Le trading à haute fréquence et le wash trading

Le wash trading a fait la une des journaux aux États-Unis en 2013 alors que le phénomène du trading à haute fréquence se généralisait. Celui-ci consiste à utiliser des ordinateurs ultrarapides et des connexions Internet à très haut débit pour effectuer plus de dizaines de milliers de transactions par seconde. On comprend vite que la pratique du wash trading est simplifiée par ces algorithmes et que la connivence entre plusieurs acteurs du marché disposant de telles machines peut être compliqué à prouver. Des enquêtes ont été menées aux USA pour faire la lumière sur l’utilisation du trading à haute fréquence dans le wash trading. Ce qui a été révélé grâce à celles-ci, c’est que certains acteurs avaient les moyens de faire du wash trading avec les plateformes qu’ils utilisaient. C’est sur des marchés moins professionnels et moins régulés comme le marché des cryptomonnaies que le wash trading est le plus présent et implanté.

Résumé

Le wash trading est une technique de manipulation des cours de bourse qui a principalement deux objectifs : faire gonfler artificiellement le volume d’un produit financier dans le but d’attirer d’autres investisseurs pour profiter du mouvement de baisse futur du titre et payer des rétrocommissions à des courtiers que les organismes financiers ne pouvaient pas payer directement, c’était notamment le cas lors du scandale du Libor.

Laisser un commentaire