Formation scalping

Parmi les principaux styles de trading, le scalping est celui dont la pratique est la plus courte, c’est-à-dire que la détention des titres n’est que de quelques secondes à quelques minutes. Les risques avec le scalping sont les plus élevés, mais celui-ci rapporte le plus. Pour pouvoir performer efficacement sur les marchés financiers en tant que scalper, il est nécessaire d’avoir un profil spéculateur qui accepte les contraintes de la pratique. Par ailleurs, cette méthode n’est pas adaptée aux particuliers qui débutent en tant que traders, mais plutôt à ceux ayant de l’expérience et s’y connaissant largement en matière d’analyse technique, de gestion du risque et d’autres éléments. Mais en suivant une formation en scalping, il est tout à fait possible d’opter pour ce style.

Formation scalping
Se former en au style de trading : le scalping

Brève définition du scalping

Le scalping se présente comme une méthode d’investissement boursier qui se base sur des microtransactions. Les traders qui la pratique sont appelés scalpers et ils font de nombreux allers-retours sur les marchés avec une grande rapidité : quelques secondes à quelques minutes. Aujourd’hui, de nombreuses grandes institutions font appel à des robots de trading, dont les délais d’exécution et les performances vont bien au-delà de ceux des traders : microsecondes, voire nanosecondes – trading à haute fréquence, avec

Profiter des changements de prix mineurs des cours

Cette stratégie d’investissement a pour objectif de profiter des changements de prix mineurs des cours occasionnés par les fluctuations des marchés, tant à la hausse qu’à la baisse. Les scalpers placent entre 10 et quelques centaines de transactions durant une séance de trading avec la conviction que le moindre mouvement des cours est plus facile à attraper que des mouvements plus larges. Ainsi, les nombreux petits bénéfices permettent en fin de journée d’avoir des gains importants. Bien évidemment, il est nécessaire d’avoir une stratégie de sortie judicieuse, c’est-à-dire une gestion de risque efficace afin d’éviter d’importantes pertes surtout si l’effet de levier est utilisé, et c’est souvent le cas en scalping. En effet, avec l’effet de levier, les gains sont autant multipliés que les pertes.

Principe du scalping

Dans la pratique du scalping, les traders utilisent des tailles de position plus ou moins grandes. Grâce à l’utilisation massive de l’effet de levier, ils visent ainsi des petits bénéfices sur des périodes de détentions courtes, voire très courtes. Ils partent du principe qu'il est plus simple de capter les petits mouvements que les gros, et cela principalement sur le marché des devises ou Forex qui est le marché le plus liquide et le plus volatil. Les scalpers viseront alors quelques centimes sur quelques secondes sur des volumes importants. Généralement, c’est en début et en fin de séance qu’ils sont les plus actifs dans la mesure où c’est durant ces périodes que les mouvements sont plus forts. Par ailleurs, ils s’appuient sur des effets d’annonce pour se positionner rapidement.

Faire du scalping en bourse

Comme indiqué en préambule, le scalping nécessite d’avoir certaines connaissances et maîtrises dans le domaine financier, et particulièrement l’analyse technique et la gestion du risque. Les débutants qui s’y risquent sans bagage y perdront plus que leur capital. En effet, les risques de perdre sont les plus élevés et il est rare qu’un néophyte puisse faire des gains réguliers. Il gagnera peut-être tout au plus 4 fois sur 10 transactions (40 %, c’est encore beaucoup). C’est pour cette raison que le scalping est plutôt réservé aux traders expérimentés ayant suivi une formation adaptée et s’étant entraînés des heures durant en perdant beaucoup au début pour pouvoir comprendre le fonctionnement de la stratégie et mettre en place leurs propres méthodes de scalping.

Voici quelques étapes sur lesquels peuvent se baser ceux souhaitant performer sur les marchés financiers en adoptant le scalping comme style de trading :

  • Identifier les conditions du marché : faible ou forte volatilité ;
  • Identifier l’instrument financier sur lequel il est avantageux de se positionner ;
  • Identifier la tendance du marché : tendance baissière, tendance haussière ou range ;
  • Identifier les niveaux clés de résistant et de support sur différentes unités de temps ;

Prendre position sur le marché selon sa propre stratégie et son money management (gestion du risque), sans oublier de suivre à la lettre son plan de trading préalablement mis au point.

Si chaque trader a sa propre façon d’analyser les marchés financiers, certains éléments sont communs à beaucoup d’entre eux, qui sont :

  • Le calendrier économique ;
  • Les supports et les résistances avant de prendre position ;
  • Les niveaux clés de la journée.

Méthodes de scalping

Bien que chaque scalper ait sa propre méthode pour se positionner sur les marchés financiers, il existe des méthodes dites « standard » que chacun peut alors utiliser pour faire du scalping. Voici quelques-unes d’entre elles : inside bar, TLine, tendance/contre-tendance, scalping 1 mn, scalping Dax 30

Technique de l’inside bar :

Le scalping en inside bar représente une technique qui permet de prendre position grâce à 3 bougies sur un graphique. On prendra 2 bougies puis on apprendra le développement de troisième. Le niveau de cette dernière par rapport à la précédente va donner une idée de l’accélération haussière ou baissière des cours dictant alors la prise de position.

Le scalping 1 mn :

Cette méthode est très populaire sur le marché des devises ou Forex (FX). Celle-ci consiste à ouvrir puis à refermer une position après avoir gagné quelques pips (points). Le scalping 1 mn est adapté aux débutants, mais demande une organisation ainsi qu’une grande précision à cause de la multiplicité des prises de position.

TLine scalping :

Il s’agit d’une méthode graphique en 5 ticks (un tick représente une transaction entre un acheteur et un vendeur se caractérisant par un nombre de titres échangés à un certain niveau de prix), mais applicable en 8, 13 ou 21 ticks. Celle-ci se repose sur le graphique en Heikin Ashi qui permet une lecture en dégageant des zones haussières et baissières pour adapter les prises de position.

Tendance/contre-tendance :

Cette méthode de scalping, également applicable à d’autres styles de trading, consiste à se positionner en suivant les grands flux du marché puis à adapter ses transactions en ouvrant des positions en tendance haussière ou baissière suivant la stratégie. Concernant la contre-tendance, celle-ci est réservée à ceux ayant des compétences approfondies puisque cela est très risqué.

Scalping DAX 30 :

Pour cette stratégie, comme son nom l’indique s’applique au DAX 30, l’indice phare allemand. Dû à la volatilité de celui-ci, les opportunités sont très nombreuses avec l’indice. La technique utilisée se base sur les moyennes mobiles simples (MMS), plus précisément 3 MMS : MMS7, MMS20 et MMS200, et une période de 5 minutes. La dernière moyenne mobile qui est la MMS200 indique la tendance de marché. Dans le cas où le prix est en dessous de celle-ci, la tendance est alors haussière et inversement. Les 2 autres MMS servent alors à confirmer ou à infirmer les prises de position.

Mettre en place une stratégie de scalping, c’est anticiper les fluctuations des cours et ainsi être performant lorsqu’on mise son argent sur les marchés financiers.

Résumé

Le scalping représente le style de trading avec l’horizon de placement le plus court : détention des instruments financiers de quelques secondes à quelques minutes. Les scalpers, ceux qui pratiquent cette méthode, profitent du moindre écart de prix pour faire des profits sur d’importants volumes. Par rapport à d’autres styles, le scalping nécessite davantage de connaissances et un certain savoir-faire couplé à une grande expertise pour pouvoir faire des gains surtout avec l’utilisation de l’effet de levier. Suivre une formation en scalping permet d’en connaître le plus possible sur les différentes méthodes et stratégies de prise de position, mais également de money management (gestion du risque), l’un des éléments primordiaux de la pratique.

Laisser un commentaire