Formationtrading.fr > Finance > Epargne > dynamiser son épargne

Comment dynamiser son épargne ?

Dynamiser son épargne peut avoir plusieurs sens en fonction du contexte. Généralement, lorsqu’on parle de dynamisation de l’épargne, c’est que l’on souhaite la gérer de manière dynamique. En bourse, cela fait référence à un profil offensif souhaitant maximiser ses rendements tout en ayant conscience du risque de perte. À contrario, pour l’assurance-vie, cela fait référence à un profil plutôt sécuritaire ou lorsqu’on approche de l’âge de la retraite. Ce que l’on peut dire, c’est que la meilleure solution, c’est de trouver le compromis pour bien épargner en tenant aussi bien en compte ses objectifs que son appétence au risque. Voici quelques conseils pour épargner de la meilleure des façons.

 dynamiser son épargne
Comment épargner efficacement

S’obliger à épargner tous les mois

Que l’on touche le SMIC ou que l’on gagne 5 000 € par mois, on peut très bien épargner. Il faut se fixer des objectifs d’épargne mensuelle réaliste suivant le budget. Le mieux, c’est d’éplucher les relevés de compte pour déterminer si certaines dépenses peuvent être réduites et quelles sont celles superflues. C’est assez simple à faire et on n’a pas toujours conscience de l’étendue des dépenses tant que l’on ne les voit pas de plus près.

Par exemple, si l’on a l’habitude de déjeuner au restaurant à midi, on pourra par exemple réduire cela à un seul resto par mois et préparer son propre repas pour les autres jours. On pourra économiser une somme tout à fait correcte tout en conservant un instant plaisir. C’est pareil si l’on est abonné à tous les services de streaming pour avoir plus de choix alors que l’on regarde à peine. Pourquoi ne pas juste prendre un abonnement et changer lorsqu’on aura tout vu, par exemple. Cela permettra de faire une certaine économie. On peut décliner ce principe à l’infini pour trouver des euros supplémentaires à mettre de côté par moi.

Dans le cas où un évènement inattendu survient, comme une augmentation de salaire ou à contrario une perte d’emploi, il faudra ajuster en fonction, mais l’important sera toujours de se forcer à épargner tous les mois jusqu’à ce que cela devienne un réflexe comme le paiement du loyer ou du chauffage.

Ne pas négliger l’épargne de précaution

Les épargnants ont chacun leur profil et si certains sont attirés par les perspectives de rendement, d’autres en revanche ne jurent que sur la sécurité puisqu’ils ont peur du lendemain. Pourtant, ni l’une ni l’autre de ces approches n’est souhaitable en matière de dynamisation de l’épargne. En effet, peu importe la situation, personne n’est à l’abri de se retrouver dans le besoin du jour au lendemain : facture oubliée revenant avec une mise en demeure, une hospitalisation en urgence, la voiture qui lâche… Nombreux sont les aléas de la vie qu’il faut pouvoir gérer et à cet effet, il est préférable de disposer d’un matelas de sécurité pour éviter de piocher dans son épargne ; cela s’appelle l’épargne de précaution ou épargne de sécurité.

Parmi ces solutions d’épargne de précaution, on peut citer les livrets d’épargne règlementés, comme le Livret A, le LEP (livret d’épargne populaire) ou encore le LDDS (livret de développement durable et solidaire). L’avantage des livrets, c’est que l’argent placé est disponible immédiatement et échappe aux impôts ainsi qu’aux prélèvements sociaux tout en bénéficiant d’un taux de rémunération garanti – celui-ci peut ne pas être très élevé, mais au moins c’est déjà ça. Mais ce n’est pas pour autant que l’on remplira son livret jusqu’au plafond puisque les situations qui nécessitent plus de 30 000 euros en une seule fois ne sont pas monnaie courante. On peut par exemple placer l’équivalent de 3 à 6 mois de revenus et laisser l’épargne fructifier.

Définir plusieurs horizons de placement

Après avoir constitué une épargne de sécurité suffisante, on peut maintenant réfléchir à nos objectifs de placement. En fonction de nombreux paramètres, comme l’âge, la composition du foyer, les projets à venir et autres, l’horizon de placement ne sera pas le même. Sinon, un investisseur peut avoir plusieurs horizons de placements différents et c’est même conseillé. Une vision à long terme de l’épargne permet de définir les priorités et d’anticiper chaque étape de la vie. Voici quelques exemples avec des objectifs concrets :

  • Court terme – 3 mois à 3 ans : réaliser un premier investissement locatif, devenir propriétaire de sa résidence principale, financer son mariage… ;
  • Moyen terme – 3 à 10 ans : devenir propriétaire de sa résidence secondaire, préparer les études de ses enfants, financer une année sabbatique… ;
  • Long terme – 10 ans et plus : anticiper sa succession, préparer sa retraite, financer un nouveau bien immobilier…

Et en fonction de ces horizons, les produits dans lesquels placer son argent ne sera pas les mêmes :

  • Horizon de placement à court terme : les comptes à terme, les livrets d’épargne, les fonds obligataires ou les livrets boostés ;
  • Horizon de placement à moyen terme : l’assurance-vie avec des fonds en euros, les OPCVM, les PEL (plan d’épargne logement), les SICAV ;
  • Horizon de placement à long terme : les PEA (plan d’épargne en actions), l’immobilier via le Pinel, les SCPI ou la gestion d’un parc locatif, les CTO (compte-titres ordinaires) avec les actions et les trackers, entre autres produits boursiers.

D’autres articles relatifs :

Résumé

Dynamiser son épargne aura des sens différents en fonction des individus, mais de manière générale, lorsqu’on par de dynamisation, c’est que l’on souhaite gérer son épargne de manière dynamique. La gestion dynamique en bourse fait référence à un profil offensif qui souhaite maximiser les rendements en ayant conscience du risque de perte. Du côté de l’assurance-vie, cela fait référence à un profil sécuritaire où lorsque l’épargnant est proche de la retraite. Dynamiser son épargne, c’est trouver le meilleur compromis pour épargner efficacement en prenant aussi bien en considération ses objectifs que son appétence au risque. On pourra par exemple s’efforcer d’épargner tous les mois, recourir à l’épargne de précaution pour faire face aux aléas de la vie et déterminer plusieurs horizons de placement en fonction de nos objectifs.

Laisser un commentaire