Les produits structurés

Pour répondre aux besoins des investisseurs, il existe aujourd’hui un large choix de produits d’investissement, dont des placements alternatifs comme les produits structurés. Ce sont des instruments conçus par des institutions bancaires qui combinent plusieurs produits financiers qui, une fois assemblés, dégagent un profil de rentabilité qui s’adapte aux besoins de certains investisseurs. Souvent, ces produits résultent de la combinaison entre une partie obligataire et des instruments financiers sophistiqués, rendant alors ces produits assez complexes pour la majorité des personnes.

Les produits structurés
Les produits synthétiques non cotés

Quelles utilités pour ce genre d’instruments financiers ?

D’emblée, il faut faire la distinction entre les produits dérivés et les produits structurés – ce ne sont pas les mêmes instruments financiers. Pour les produits dérivés (contrats à terme, options, warrants, swaps…), ceux-ci sont cotés sur les marchés financiers et permettent de se couvrir ou de spéculer sur les écarts d’un actif sous-jacent (actions, obligations, matières premières, devises…). Concernant les produits structurés, il s’agit de produits synthétiques non cotés combinant généralement un placement à terme fixe à des produits dérivés. Leur prix est défini à partir de modèles mathématiques plus ou moins complexes.

Ce sont les institutions bancaires qui proposent les produits structurés aux investisseurs ainsi qu’aux épargnants souhaitant diversifier leur portefeuille. Ces instruments offrent certains avantages en visant la protection du capital investi ou encore un profil rendement-risque optimisé. Grâce à ces actifs, il est possible d’accéder à des classes d’actifs peu accessibles en diminuant les risques de pertes en capital.

De quoi se composent les produits structurés ?

Les produits structurés sont, le plus souvent, proposés sous la forme d’obligations structurées appelées communément EMTN (Euro Medium Term Note) qui sont garanties par les institutions bancaires émettrices pour une liquidité quotidienne. Bien que ce soient des obligations, ceux-ci ne sont malheureusement pas éligibles au PEA (plan d’épargne en actions) ni au PEA/PME.

Pour faire simple, les produits structurés sont similaires à des murs ; c’est-à-dire qu’ils sont constitués de briques différentes. Pour qu’un instrument financier puisse être qualifié de « structuré », celui-ci doit se composer au minimum de deux éléments : une partie obligataire et une partie optionnelle (produits dérivés).

La partie obligataire, une partie du capital est alors placée dans un actif de taux avec une maturité plus ou moins longue. Pour la partie optionnelle, celle-ci est investie dans un ou plusieurs produits dérivés, dont le prix évolue suivant le cours d’un actif sous-jacent. C’est la composante optionnelle qui définit la sensibilité du produit structuré aux évolutions du sous-jacent en conditionnant sa valeur future. Cette sensibilité est par ailleurs calibrée proportionnellement au profil de risque que les investisseurs recherchent. Le profil de rendement/risque peut être limité grâce à la mise en place de barrières de protection prédéterminées suivant des anticipations sur l’évolution du sous-jacent. Il existe des produits structurés à capital garanti qui offrent une protection de capital totale ou partielle, souvent à échéance.

Quels sont les risques de ces produits ?

Les produits structurés représentent une solution attirante dans la mesure où ils limitent les risques de pertes en capital. Leur sécurité est relative au profil rendement-risque initialement choisi. Si le scénario de marché est favorable à l’échéance du produit, l’investisseur perçoit un capital majoré. Dans le cas contraire, il récupère juste son capital à condition que l’actif sous-jacent n’ait pas connu une baisse supérieure à une limite préalablement déterminée. Si cette limite est enfoncée, l’investisseur est sujet à une perte en capital proportionnelle à la baisse du sous-jacent. Il existe également un risque de perte en capital en cas de sortie avant échéance ou en dehors des dates de remboursements anticipés. Dans tous les cas, une sortie anticipée occasionne des pénalités.

On classe généralement les produits structurés en fonction de deux (2) profils de rendement-risque :

  • Les fonds à capital garanti : Ce sont des produits structurés assurant aux investisseurs la récupération de leur mise nette de frais à l’échéance. Puisqu’il y a une garantie, le rendement est souvent assez faible puisque l’accent est mis sur la sécurité.
  • Les fonds à capital protégé : Ce sont des produits structurés qui garantissent aux investisseurs de retrouver tout ou une partie du capital qu’ils ont investi à l’échéance, majoré d’un rendement si les marchés ont progressé. Dans le cas où l’actif sous-jacent baisse, les investisseurs pourront par contre perdre une partie de leur capital. S’il est en hausse, le gain est bien évidemment proportionnel.

Quelle fiscalité pour les produits structurés ?

La fiscalité des produits structurés dépend de l’enveloppe juridique. Si ceux-ci sont contractés dans un contrat d’assurance-vie, les plus-values (coupons d’actions ou d’obligations) générées sont assujetties à l’impôt relatif à l’assurance-vie. Dans un compte-titres (CTO), les gains réalisés lors de cessions (plus-values mobilières) sont imposables au PFU (prélèvement forfaitaire unique) de 30 % ; mais les contribuables peuvent opter pour l’imposition au barème de l’IR (impôt sur le revenu).

Quelques articles relatifs :

Résumé

Nombreux sont les produits d’investissement disponibles sur les marchés pour répondre aux besoins des investisseurs ainsi que des épargnants souhaitant diversifier leur placement. Parmi les placements alternatifs, il y a les produits structurés – à distinguer des produits dérivés. Ce sont des instruments financiers synthétiques intégrant généralement une composante obligataire et une composante optionnelle (produits dérivés). Cette combinaison de plusieurs produits financiers est généralement réalisée par les institutions bancaires, permet de dégager un profil de rentabilité adapté aux besoins de certains investisseurs. On distingue principalement deux classes de produits structurés en fonction de deux profils de rendement-risque : les fonds à capital garanti et les fonds à capital protégé. Les produits structurés prennent souvent la forme d’obligations structurées garanties par les banques qui les émettent, et sont communément appelées EMTN (Euro Medium Term Note).

Laisser un commentaire