Aversion à la perte

Mise en relief par les économistes Kahneman et Tversky, l’aversion à la perte est une notion issue de l’analyse comportementale. Celle-ci part du principe qu’une perte aura plus d’impact sur la psychologie de l'investisseur en bourse qu’un gain. Le gain et la perte sont alors équivalents. L’investisseur attache plus d’importance à une perte qu’un gain du même montant.

L’aversion à la perte en trading
L’aversion à la perte est le fait qu’un trader conserve des titres perdants en espérant un retournement.

Qu’est-ce que l’aversion à la perte ?

Il s’agit d’un biais cognitif ou biais comportemental menant l’investisseur en bourse à conserver un titre financier au-delà de la raison, car sa psychologie l’empêche d’accepter une perte. L’investisseur sera plus réticent à se séparer du titre et trouvera des excuses pour le conserver – excuses parfois irrationnelles le menant à creuser davantage ses pertes.

Pourquoi l’aversion à la perte est-elle nocive ?

En trading et en investissement en bourse, il faut accepter de perdre et couper ses positions pour passer à autre chose. On s’est trompé, oui on s’est trompé. Il faut passer à un autre scénario où l’on ne se trompera pas et accepter de perdre pour gagner en suite. Les personnes refusant de vendre vont alors tomber dans un scénario de ce type :

  • Le titre a beaucoup baissé. C’est l’occasion de moyenner à la baisse (racheter des titres pour faire une moyenne d’achat plus basse). Quand la baisse est justifiée et que le cours reflète la valeur du titre et que les perspectives sont mauvaises, le titre pourra continuer à baisser et le trader perdre encore et toujours plus.
  • Pour justifier son aversion, l’investisseur se persuade qu’il s’agit d’une mauvaise passe et que le prix a toutes ses chances de remonter à ce qu’il considère comme son « vrai » niveau (processus de rationalisation). Chance ? Ce mot vous a surement interpellé. Mais malheureusement, il n’y a pas de chance en trading ou en bourse. Il faut analyser froidement le titre pour voir s’il peut rebondir ou non.
  • Une aversion explique certains comportements financiers illogiques qui sont connus sous le nom d’effet de disposition. Ce dernier a deux pôles : l’un que l’on a décrit qui est le fait de conserver trop longtemps un titre perdant et l’autre qui est de couper trop rapidement ses positions gagnantes.

Comment se prémunir de l’aversion à la perte ?

Le trading semi automatique et les signaux clairs d’achat ou de vente qu’il peut générer sont essentiels pour remettre en place les idées de l’investisseur, exit les phrases de type : « Le titre va rebondir. C’est sûr, il a trop baissé ». Si les alertes et les signaux de trading disent le contraire, il faut savoir les écouter et en tirer les bonnes conclusions. Il est également possible de faire analyser le titre par un consultant en bourse ou en trading pour savoir si on est dans le rebond espéré ou pas.

Quel est l’impact de l’aversion à la perte sur un portefeuille de bourse ?

Malheureusement, il n’est pas bon. Quand on a une aversion à la perte sur un titre qui a baissé et que l’on continue à conserver, cela impactera profondément notre portefeuille de bourse. De plus, le titre qui a baissé peut continuer à descendre si l’investisseur ne tire pas les bonnes conclusions et ne prend pas les bonnes décisions.

D’autres réponses à vos interrogations dans ces articles :

Résumé

L’aversion à la perte est un biais cognitif qui pousse les investisseurs à conserver un titre malgré la chute de son prix. La raison n’est plus de mise pour prendre une décision et les investisseurs se persuaderont que le titre va remonter et que c’est passager. Cette analyse est biaisée et c’est justement là le problème – il faut se référer aux analyses techniques ou fondamentales en bourse. La rationalité doit emboîter le pas aux émotions. Les capacités de raisonnement ne doivent en aucun cas être impactées par des pertes ni même des gains.

Laisser un commentaire