Formationtrading.fr > Finance > Placement > comment placer son argent

Comment placer son argent ?

Lorsqu’on choisit de placer son argent, c’est pour le faire fructifier et profiter de gains réguliers ou sur le long terme. Plusieurs méthodes permettent aux investisseurs de placer leur argent : l’épargne bancaire, l’investissement immobilier et le placement en bourse. Mais celles-ci ne se valent pas les unes des autres puisque les rendements ne sont pas les mêmes ainsi que les risques encourus par les investisseurs. Il y a aussi la durée du placement pouvant être à court terme, à moyen terme ou à long terme. Et de la même manière, les profits que l’on peut faire diffèreront si l’on choisit de placer seul son argent ou que l’on délègue cela à un organisme spécialisé. Focus sur les moyens de placer son argent ?

Comment placer son argent
Quelle méthode pour placer son argent

Placer son argent en fonction du risque

Une règle intangible dans le domaine du placement financier, c’est que les gains et le risque pris sont étroitement liés. L’investissement bancaire classique de base qu’est le livret A se présente comme un investissement sans risque avec une fiscalité inexistante, mais son rendement est à la hauteur du risque pris : nul. En effet, le livret A rapporte uniquement 0,5 % depuis le 1er février 2020. Un investisseur spéculant en bourse par exemple peut avoir des gains de 20 % à 30 % par an, mais avec un risque de perte de capital réel. Malheureusement, le meilleur des deux mondes n’existe pas : un investissement sans risque avec un rendement très élevé. (cf. Quels placements sont garantis et sans risque ? Quel type de placement à risque ?) Quel que soit le resultat placement , plus-values ou moins values l'investisseur devra faire des actions adéquates, soit pour déclarer ses gains ou pour minimiser ses pertes via un crédit d'impôt ou par d'autres dispositifs.

Si on retrouve ce genre d’offres sur Internet, il ne faut pas s’y risquer puisque ce sont des promesses à la base d’arnaque en bourse ou en trading. La notion de risque dans le choix du placement est importante puisque cela conditionnera les futurs gains. Sinon, les meilleurs placements ne se trouvent pas du côté des produits proposés par les banques dans la mesure où les taux pratiqués sont inférieurs à l’inflation. Au final, les investisseurs perdent de l’argent année après année.

Placement bancaire, boursier ou immobilier ?

Il y a 3 principaux types de placement qui intéressent les particuliers. Le plus connu est l’épargne bancaire puis il y a le placement boursier et enfin l’investissement immobilier. Chacun d’entre eux a des caractéristiques bien précises avec des rendements (les intérêts, entre autres) et des risques différents. L’épargne bancaire est considérée comme la plus sûre tandis que les deux autres présentent des risques faibles, modérés ou élevés.

Épargne bancaire

Les institutions bancaires proposent des placements règlementés à capital garanti aux particuliers pour faire fructifier leur argent. Les épargnants perçoivent des intérêts et ceux-ci peuvent être exonérés d’impôts dans la majorité des cas. On distingue deux types d’épargne bancaire :

  • - Épargne à vue : Épargne liquide avec une disponibilité immédiate des fonds placés que l’on peut assimiler à une épargne de précaution. Parmi les solutions proposées par les banques, il y a les livrets : le livret A, le livret jeune, le LEP (livret d’épargne populaire) et le LLDS (livret de développement durable et solidaire).
  • - Épargne à terme : Capitaux immobilisés pour une durée déterminée. Les plus connus sont le CAT (compte à terme) et le PEL (plan d’épargne logement).

Placement immobilier

En matière d' investissement immobilier, il existe plusieurs dispositifs permettant d’investir dans la pierre sans pour autant devoir acheter un bien immobilier. Les plus connus sont les SCPI, les SIIC et les OPCI ainsi que les LMNP :

  • SCPI : Ce sont des sociétés civiles de placement immobilier proposant des parts d’actifs aux investisseurs. On distingue des SCPI de plus-values (source de rendement provenant de l’achat/vente de biens), des SCPI fiscales (avantages fiscaux pour les investisseurs) et des SCPI de rendement (versement de quotes-parts issues de revenus fonciers).
  • SIIC : Ce sont des sociétés d’investissement immobiliers collectifs cotées en bourse et spécialisées dans l’acquisition et la valorisation d’actifs immobiliers. Elles proposent des actions échangeables sur un marché règlementé.
  • OPCI : Ce sont des organismes de placement collectif en immobilier offrant une meilleure liquidité par rapport aux deux autres dispositifs. Les actifs proposés se composent de valeurs mobilières à hauteur de 30 % et les OPCI sont éligibles à l’assurance-vie.
  • LMNP : Il s’agit de l’investissement dans un meublé locatif avec une fiscalité avantageuse. Les contrats de location vont de 1 mois à 1 an pouvant être renouvelé.

Le crowdfunding immobilier a également le vent en poupe depuis quelques années. Il s’agit d’un financement participatif sur des projets de promoteurs avec un ticket d’entrée relativement peu élevé pour un retour sur investissement rapide avec des taux d’intérêts plus ou moins intéressant.

Investissement boursier

Il s’agit là du placement financier le plus lucratif avec différents produits disponibles pour répondre à toutes les catégories d’investisseurs: les obligations, les actions, les devises, les matières premières, les produits dérivés, etc. L’investissement en bourse se fait par l’intermédiaire de comptes spécifiques qui sont le PEA (plan d’épargne en actions) et le CTO (compte-titres ordinaire) :

  • PEA : Ouverture auprès de toute institution financière. Enveloppe fiscale permettant d’héberger des actions d’entreprises cotées françaises et européennes avec une limitation de versement de 150 000 €. Elle se caractérise par une exonération de l’impôt sur le revenu pour une immobilisation du capital pendant 5 ans au minimum. Les fonds avec les intérêts cumulés ne doivent pas être prélevés avant cette période pour pouvoir bénéficier de cet avantage fiscal.
  • CTO : Le compte-titres ordinaire est le compte en bourse par excellence pour ceux souhaitant avoir un horizon d’investissement élargi. Il permet d’héberger tous les produits des marchés financiers aux quatre coins du globe : marché des actions, marché obligataire, marché monétaire, marché des produits dérivés et marché des matières premières. Il n’y aucun plafond de versement, mais la fiscalité est plus contraignante que pour le PEA : flat tax de 30 % (prélèvement forfaitaire unique).

Par ailleurs, il y a également l’utilisation d’assurance vie qui permet d’investir en bourse via des unités de compte, en prenant un risque de perte relative aux fluctuations des marchés, mais il est aussi possible de profiter de produits garantis comme les fonds en euros. Un contrat d’assurance vie peut être monosupport ou multisupport en fonction du profil des investisseurs.

Durée de placement : court, moyen et long terme

Les durées de placement conditionnent notamment les profits et les plus-values. Sur certains produits financiers, il est par exemple plus intéressant d’investir à court terme tandis que sur d’autres, un placement à long terme ou à moyen terme est beaucoup plus intéressant. Le profil de l’investisseur déterminera a durée d’un côté et le type de produits (les actions, les obligations, les trackers, les produits dérivés…) s’y afférant de l’autre. Pour une épargne de précaution par exemple, il s’agira de mettre de côté de l’argent à long terme.

Placer son argent seul ou avec un intermédiaire

Lorsqu’on souhaite faire fructifier son argent, on a deux possibilités : le faire soi-même ou confier cela à un professionnel.

  • Placer son argent seul : Cela reste simple lorsqu’il s’agit de d’instruments financiers classiques tels que les différents livrets proposés par les institutions bancaires.
  • Confier son capital à un tiers : L’autre moyen de placer son argent est de passer par un tiers comme un conseiller financier, un spécialiste en gestion de patrimoine, un fonds d’investissement ou un courtier en ligne. Il proposera les meilleurs produits, ceux les plus adaptés : les actions, les ETF, les CFD, les obligations, les matières premières...

Parmi ces deux méthodes, celle qui rapporte le plus reste le placement que l’on fait soi-même. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas de frais à payer ni de commissions à donner à l’intermédiaire. Seulement, il sera nécessaire d’avoir suivi une formation assez poussée en matière de placement et cela implique un investissement en temps. Aujourd’hui, les formations financières se sont beaucoup démocratisées et permettent plus facilement d’apprendre les tenants et les aboutissants des investissements financiers.

On investit son argent souvent dans les produits financiers, le placement financier traditionnel est prisé, mais d'autres placements intéressants sont disponible comme placement financier immobilier sans oublier le plus attrayant le Placement boursier. La première chose à savoir est d'apprendre à le placer en fonction de son produit, comment placer son argent ? Ceci n'est pas compliqué, mais il faut le faire en respectant ses attentes et son gout du risque. Si placer son argent seul n'est pas la voie qui vous satisfait il est intéressant de passer par un professionnel comme par exemple un fond de placement ou en passant par une autre institution financière.

Résumé

Dans le domaine du placement financier, les gains et le risque pris sont grandement liés. Plus le risque pris est élevé, plus les gains le sont également, et inversement. Concernant les différents placements que l’on peut faire, il y a l’épargne bancaire (sans risque), le placement immobilier et l’investissement boursier ; tous les deux comportant des risques. Les durées de placement conditionnent par ailleurs les profits et plus-values : court terme, moyen terme ou long terme. Et enfin, on peut choisir de placer seul son argent ou confier son capital à un tiers.

Laisser un commentaire