Formationtrading.fr > Finance > indépendance financière

L’indépendance financière

La société moderne est confrontée au phénomène de la rat race, une allusion à une « concurrence acharnée pour obtenir une réussite que d’autres essayent de nous ravir », et à celui du métro-boulot-dodo, une représentation du rythme quotidien des citadins en général. Si certains sont satisfaits de cette vie, d’autres en revanche souhaitent plus de liberté. Et c’est là qu’est né le concept d’indépendance financière ou liberté financière. Pour l’entrepreneur américain Robert Kiyosaki : « La liberté financière consiste à faire travailler l’argent pour nous et non travailler pour de l’argent ». À travers ce billet, on tentera d’expliquer plus en détail la notion d’indépendance financière : les revenus passifs, la liberté financière par l’intermédiaire de l’immobilier, de la bourse et d’Internet, la diversification… (Cf. La finance, le guide pour connaître l’essentiel)

Qu’est-ce que l’indépendance financière
L’indépendance financière pour faire travailler son argent

Définition de l’indépendance financière : approche globale

Voici une définition généraliste de l’indépendance financière également appelée liberté financière : Il s’agit de la capacité pour un individu de ne plus être dépendant d’un emploi pour vivre, de faire tout ce qui l’intéresse dans la vie et d’être lui-même. Pour y arriver plus rapidement il est conseiller de suivre une formation à l'indépendance financière. Contrairement à ce que l’on peut penser, l’indépendance financière s’exprime aussi bien au niveau de la relation au travail, au temps et à la consommation qu’à celui au détachement à l’argent lui-même.

Plusieurs phénomènes ont accentué la notion d’indépendance financière depuis le début du XXIème siècle, notamment le manque d’emplois, la baisse de la retraite suite au déficit de la sécurité sociale, la multiplication des contrats précaires et les crises financières. Tous ces phénomènes ont exacerbé la population, surtout les jeunes, en leur faisant prendre conscience de la précarité du salariat : obéissance via un contrat de travail, pas de pouvoir de décision sur le maintien de l’emploi, mais on y arrive pas en claquant des doigts il vaut avoir une véritable strategie d'indépendance financiere pour gravir pas à pas les étapes qui mèneront au succès.

L’indépendance financière et les revenus passifs

Basiquement, un individu atteint l’indépendance financière lorsque ses revenus sont supérieurs à ses charges. Mais ce n’est là que la première étape pour l’atteindre. Dans une approche « plus financière », la liberté financière consistera pour un individu à se constituer des revenus passifs que l’on peut qualifier de revenus décorrélés du temps de travail. Bien que ceux-ci demandent du travail, ce n’est pas comme un salaire dépendant du prix horaire multiplié par le nombre d’heures travaillées. Pour arriver à son indépendant il faut que le ratio d'indépendance financière arrive à 100%

Pour disposer de ces revenus passifs, il y aurait différents stades progressifs :

  • Disposer autant de revenus que de charges ;
  • Avoir plus de revenus que de charges – en baissant les charges ou en augmentant les revenus ;
  • Créer un surplus de revenus qui servira de fonds de secours ;
  • Placer le surplus de fonds de secours et suivre le principe des intérêts composés, c’est-à-dire réinvestir les intérêts perçus de l’argent que l’on a placé ;
  • Quand les revenus investis sont supérieurs aux charges, on parle alors d’indépendance financière vis-à-vis de son travail.

L’indépendance financière grâce à l’immobilier

L’immobilier se présente comme un levier d’indépendance financière très puissant. On pourra investir dans ce secteur par l’intermédiaire de nombreux dispositifs, tels que l’immobilier locatif et le crowdfunding immobilier.

L’immobilier locatif

La location de biens immobiliers permet de générer des revenus passifs. Ce sont les loyers qui tombent chaque mois tout au long de la location. Cette forme d’investissement est considérée par beaucoup d’experts comme le levier le plus puissant d’indépendance financière. En France, il y a de nombreuses opportunités pour faire de l’investissement immobilier locatif. L’objectif sera de se constituer un patrimoine pour obtenir un complément de revenus tous les mois. Les rendements visés ne seront pas les mêmes en fonction du secteur géographique et du type de bien, entre autres – entre 2 % et 10 %. Si certains peuvent investir sans s’endetter, ce n’est pas le cas pour la majorité des personnes. Il ne faut pas hésiter à se tourner vers un courtier pour obtenir le meilleur taux si l’on choisit de s’endetter.

Le crowdfunding immobilier

Crowdfunding signifie financement participatif. Cette méthode est utilisée par les porteurs de projet pour trouver le capital nécessaire pour atteindre leurs objectifs. Pour ce qui est du crowdfunding immobilier, il permet aux particuliers de se grouper pour investir dans la pierre et ainsi faire des profits jusqu’à l’aboutissement du projet. Son principe repose sur la participation au financement des promoteurs immobiliers via les programmes qu’ils proposent. Le ticket d’entrée est abordable, dès 1 000 € avec des rendements assez élevés, entre 7 % à 10 % net avant impôts. Ce type d’investissement immobilier permet un ROI (retour sur investissement) rapide, de 12 à 30 mois suivant les projets.

La location meublée non professionnelle (LMNP)

LMNP signifie location meublée non professionnelle. D’après une étude de Century 21, plus de 26 % des biens vendus sont en LMNP pour alimenter le marché locatif. Par rapport à l’immobilier locatif classique avec des biens vides, les locations meublées sont beaucoup plus chères et rapportent assez aux investisseurs. La rentabilité est située entre 3 % à 6 % avec une durée d’investissement à court ou moyen terme.

L’investissement immobilier via les SCPI

Les SCPI se présentent comme des sociétés spécialisées dans le placement immobilier : acquisition et gestion de patrimoines immobiliers locatifs. Les particuliers pourront alors investir dans une SCPI au comptant ou en recourant à un crédit, que ce soit directement ou par l’intermédiaire d’une assurance-vie. Un placement en SCPI permet de bénéficier d’un rendement aux alentours de 4 %, mais la durée d’investissement se fait sur plusieurs années (investissement long terme).

L’indépendance financière grâce à la bourse

La bourse représente un excellent moyen d’avoir des revenus passifs et permet d’atteindre l’indépendance financière. Lorsqu’on investit en bourse, on doit au minimum connaître les rouages des marchés financiers pour éviter de perdre de l’argent au lieu d’en gagner – la bourse est risquée par nature. Ceux qui souhaitent avoir des revenus complémentaires par l’intermédiaire de la bourse peuvent opter pour différents produits financiers : actions, obligations, ETF, warrants, futures, etc. En France, les actions sont ceux les plus privilégiés des particuliers puis il y a les obligations.

Investir dans des actions pour avoir des revenus complémentaires

Les actions sont des titres de propriété émises par les entreprises cotées en bourse pour financer leur développement. Celles-ci peuvent être achetées via un PEA (plan d’épargne en actions) ou un CTO (compte titre ordinaire) ouvert auprès d’une institution financière (banque, fonds d’investissement…). Pour savoir lesquelles acheter, les investisseurs devront au minimum réaliser une analyse fondamentale, c’est-à-dire étudier les fondamentaux des entreprises cotées : état du marché sur lequel elles opèrent, santé financière des sociétés, prévision de croissance, résultat sur l’année N-1… La rentabilité des actions est de 5 % à 10 % pour une durée d’investissement à court et moyen terme. Tandis que le risque est faible à modéré. Certains choisissent de garder leurs actions dans leur portefeuille boursier pendant plusieurs années sans se soucier de leurs performances – cela peut être rémunérateur pour des actions de grandes entreprises internationales, mais le prix d’une action peut être très élevé pour celles-ci.

Placer une partie de son argent dans des obligations

Les obligations sont des titres de créances pouvant contribuer à atteindre l’indépendance financière. Par rapport aux actions, ce sont des produits financiers beaucoup plus sécurisés qui garantissent des revenus constants. Les particuliers peuvent choisir entre des obligations d’état (émises par des gouvernements) ou des obligations privées (émises par des sociétés cotées). Ce qui est intéressant avec les obligations, c’est qu’elles ont un taux d’intérêt défini avec une échéance connue à l’avance. Il n’y a pas de surprise avec les obligations sauf dans le cas où la société fait faillite ou que l’État qui les a émises se trouve dans une situation financière compliquée, mais les risques sont faibles. Par rapport aux actions, les obligations ont une rentabilité moins élevée, de l’ordre de 2 % 5 %, avec une durée d’investissement à moyen terme, mais elles sont plus sûres. Il y a aussi les TCN qui sont des titres de créances négociables avec une échéance limitée : de 1 jour à 1 an, mais le montant minimum est de 150 000 euros, ce qui n’est pas donné à tout le monde.

L’indépendance financière grâce à Internet

Internet a changé le monde et son essor dans les années 2000 a ouvert de nombreuses portes à tous ceux souhaitant avoir des revenus passifs pour devenir indépendants financièrement. L’attrait pour ce canal provient du fait qu’Internet n’est pas limité à un seul pays ni une zone géographique définie. Les 4 coins du globe sont interconnectés entre eux grâce au web. Ces 20 dernières années, de nombreux métiers ont vu le jour grâce à Internet : rédacteur, modérateur, community manager, développeur web, dropshipper, webdesigner, vlogueur, blogueur, youtubeur, influenceur…

La vente de produits d’informations également appelés infoproduits fait partie des moyens d’avoir des revenus décorrélés de son travail. Ce sont des fichiers numériques à valeur informative conçus pour attirer des visiteurs sur le site (prospects) ou encore fidéliser une audience. eBooks, podcasts, livres audio, webinaires, formations vidéo et fichiers PDF, voilà entre autres les produits d’informations que l’on peut vendre sur Internet par l’intermédiaire de son propre site Internet ou d’un blog. La publicité, le placement de produits et les fiches de prospects qualifiés permettent tout autant de générer des revenus et cela 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. On peut faire cela manuellement ou par l’intermédiaire de l’automatisation des process.

La diversification au cœur de l’indépendance financière

Pour atteindre l’indépendance financière, la diversification doit être au cœur de sa stratégie. Qu’est-ce que cela signifie ? Tout simplement qu’il n’est pas judicieux de mettre tous ses œufs dans le même panier. Cela permet par ailleurs de se protéger contre les éventuels risques des marchés sur lesquels l’on place son argent (immobilier, bourse ou Internet).

Par exemple :

Un salarié souhaite atteindre l’indépendance financière. Il a épargné pendant 10 ans et dispose d’un capital convenable. Il n’y connaît rien en investissement et décide de faire des recherches. Il voit alors que l’immobilier est le secteur qui peut lui rapporter le plus et décide alors d’acheter une maison dans le but de la louer et ainsi profiter de loyers (revenus passifs). C’est une bonne stratégie, mais il y a un risque lié à la fluctuation du marché de l’immobilier. Il se peut que les prix baissent entraînant aussi la diminution des loyers qu’il perçoit.

Ce qu’il aurait dû faire, c’est investir une partie de son capital dans l’immobilier par l’intermédiaire d’une SCPI ou du crowdfunding immobilier et l’autre partie dans la bourse sur des actions d’un côté et sur des obligations de l’autre. Cette diversification lui permet de mieux gérer les risques liés aux fluctuations du marché immobilier et des marchés financiers. Cette stratégie de diversification lui permet alors de protéger son capital. Toutefois, il n’est pas simple de le faire tant cela demande une certaine expertise, mais également du temps, des efforts et plus de ressources. Pour un jeune qui entre dans la vie active, il ne pourra pas atteindre l’indépendance financière avec la diversification sauf s’il est prêt à s’endetter en même temps qu’il est salarié d’entreprise. Cela lui prendra plus d’une dizaine d’années puisqu’il devra encore rembourser ses dettes.

L’indépendance financière mono secteur : la spécialisation

Être polyvalent, c’est bien, mais être spécialiste, c’est mieux. Avoir plusieurs cordes à son arc est un atout, mais il n’y a rien de tel que d’avoir un domaine de prédilection précis dans lequel on connaît les tenants et les aboutissants. Lorsqu’un investisseur choisit de se diversifier, c’est pour se protéger des fluctuations des marchés des produits qu’il a dans son portefeuille – avoir un équilibre rendement/risque. Mais les performances peuvent ne pas être au rendez-vous.

L’investisseur qui réussira le mieux, c’est celui qui s’est spécialisé dans un domaine précis. Il cible, se spécialise et assure ses investissements contre les risques par le biais de contrats. Ce type d’investisseur apprend à maîtriser mieux que quiconque la catégorie de placement dans laquelle il s’est lancé et à savoir comment celle-ci fonctionne. Par exemple, quand elles placent leur argent dans l’immobilier, certaines personnes se spécialisent dans les immeubles résidentiels tandis que d’autres préfèrent les terrains non aménagés. S’il s’agit là d’investissements immobiliers, la manière de faire est différente. Ces investisseurs passent par des contrats, tels qu’un contrat de location, pour profiter de revenus garantis pendant 12 mois, par exemple, et d’une assurance les protégeant contre les pertes. Cela leur permet ainsi de générer de l’argent sans se soucier des fluctuations des marchés.

Cela n’est pas à la portée de tout le monde puisque cette méthode nécessite une véritable expertise dans le domaine – une réelle maîtrise de ce que l’on fait. Elle peut être un objectif à atteindre pour les investisseurs amateurs qui lorsqu’ils auront assez d’expérience dans la diversification avec un capital beaucoup plus conséquent pourront atteindre l’indépendance financière mono secteur comme Warren Buffett, le plus grand investisseur au monde avec des milliards de dollars dans son portefeuille.

Quand on s'intéresse à ses économies ou un héritage ou autre source d'argent on pense forcement à l'épargne et pour efficacement le placer on peut choisir divers placements ou également des investissements le but étant de soit se générer des revenus réguliers ou dans les projets les plus ambitieux d'en vivre et même d'atteindre l'autonomie financière.

Résumé

L’indépendance financière est un concept né du désespoir de nombreuses personnes face à leur vie monotone "métro-boulot-dodo" ainsi qu’au phénomène de la rat race (concurrence acharnée pour obtenir une réussite que d’autres essayent de nous ravir). Ce que recherchent ces personnes, c’est plus de liberté, notamment vis à vis du travail. Indépendance financière ou liberté financière, tout le monde cherche à s’émanciper du concept de travailler pour de l’argent. Cette notion implique notamment investissement et limitation du niveau de vie. Pour atteindre l’indépendance financière, on peut se tourner vers plusieurs domaines d’investissement afin de générer des revenus complémentaires au début bien d’en vivre par la suite : immobilier locatif, crowdfunding immobilier, immobilier pierre-papier, bourse (actions et obligations), Internet (vente de produits d’informations), etc.

Laisser un commentaire