Krach boursier

En bourse, on retrouve trois principaux types de tendances de marchés, lesquelles sont la tendance haussière, la tendance baissière et la tendance neutre (cf. guide de la bourse). Parmi ces tendances, il en existe une avec une déclinaison dont la principale caractéristique est l’effondrement brusque des cours ; c’est ce que l’on appelle krach boursier - une déclinaison d’une tendance baissière du marché qui se fait brusquement. Un krach en bourse peut avoir plusieurs causes, comme l’éclatement de bulles spéculatives ou des transactions à haute fréquence défaillante. Dans l’histoire, il y a eu de nombreux krachs boursiers, dont les plus célèbres sont le jeudi noir à la bourse de Wall Street en 1929 et l’effondrement des bourses mondiales en 2008 dû à la dette. Focus sur tout ce qu’il y a à savoir sur les krachs boursiers.

Le krach boursier
Comprendre le krach boursier

Krach boursier, explication sommaire

l'effondrement boursier

Ce que l’on peut dire concrètement concernant un krach boursier, c’est que celui-ci est occasionné par un l'effondrement boursier brutal des cours lors d’une séance ou de plusieurs séances. Cet événement résulte généralement d’un mouvement de panique massif engendré de ventes importantes sur une place boursière et tend à se répandre à d’autres places boursières dans le monde du fait de l’internationalisation des marchés. Effectivement, les bourses des quatre coins du monde sont interconnectées entre elles et à cause des systèmes électroniques de gestion, on peut assister à une amplification de l’écroulement du système. Même si ce type de krach financier occasionne un effet domino pouvant provoquer une crise économique planétaire, les effets ne seront pas les mêmes d’une place à une autre ou d’un pays à un autre.

Quelles sont les causes d’un krach boursier ?

La présence de bulles spéculatives et leur éclatement

chute en bourse

Un krach en bourse se fait brusquement et le phénomène peut être spectaculaire. On assiste alors à une baisse brutale des cours d’actions ou de marchandises avec le nombre de vendeurs qui dépasse largement celui des acheteurs. Les vendeurs vendent à n’importe quel prix à cause d’un mouvement de panique une chute en bourse, celle des cours des titres. Tout le monde veut sortir en même temps et les prix chutent.

Même si celui-ci se fait violemment, son apparition peut être prévisible pour les investisseurs et traders aguerris. Le début de ce phénomène est reflété par une hausse des cours provenant de la croissance de l’économie et entraînant alors un flux massif d’investisseurs, généralement de petits porteurs (particuliers). Une envolée boursière apparaît alors à cause de l’afflux de capitaux avec une probable amplification s’il y a endettement en vue de continuer à profiter de la hausse. Mais cette hausse additionnelle ne concordera pas avec les résultats économiques réels. On parle ainsi de bulle spéculative. Ce qui fait éclater celle-ci, c’est lorsque les investisseurs vendent massivement leurs titres à cause d’une publication d’une statistique sur la surélévation du marché.

La déficience des robots de trading

Depuis l’apparition de l’informatique et des robots de trading, le phénomène de krach est amplifié. Bien que ce soit la vente massive de titres financiers qui entraîne un effondrement des cours, ce sont les robots de trading et les logiciels qui sont à l’origine des grandes catastrophes que l’on appelle « flash krach ». Ces « krachs éclairs » sont des chutes brutales que l’on observe sur des laps de temps très courts – en mai 2010 par exemple, l’indice Dow Jones a perdu 1 000 points en quelques minutes occasionné par la défaillance d’un logiciel de trading ayant liquidé plus d’un milliard de titres. Pour contrer cela, de nombreuses places boursières ont mis au point des barrières tels que des coupe-circuits.

Les ventes à découvert

Cette forme d’investissement consiste à vendre des titres que l’on ne détient pas à condition de les racheter plus tard. Les ventes à découvert sont connues pour stabiliser les marchés financiers en empêchant les cours excessifs, mais l’inverse est aussi vrai. En effet, celles-ci peuvent les amplifier en exagérant une baisse bien au-delà de son fondement réel. Bien que cette forme d’investissement soit bien encadrée avec des dépôts de garantie requis, leur gestion ne se fait pas en temps réel la plupart du temps. Du coup, cette faille invite les transactions à haute fréquence à y entrer.

Quelles sont les conséquences d'un krach boursier ?

Quelles sont les conséquences d'un krach boursier ?

Un krach boursier impact non seulement l’économie, dont les proportions peuvent être mondiales, mais également le financement bancaire. Ses conséquences peuvent même faire frémir les politiques. Sinon, les voici sur 3 principaux niveaux :

  Explication

Économie

- Capacité d’investissement des sociétés impactée ;
- Récession économique ;
- Taux de chômage accentué ;
- Baisse des salaires ;
- Diminution du pouvoir d’achat -> consommation ;
- Activité économique générale diminuée.

Politique

- Intervention gouvernementale pour limiter les dégâts ;
- Maintien de l’économie par la nationalisation d’institutions bancaires risquant de faire faillite ;
- Recapitalisation des banques ;
- Apport de liquidités par les banques centrales.

Financement bancaire

- Phénomène de « Bank Run »
- afflux massif des investisseurs souhaitant retirer leurs économies ;
- Difficulté des banques à emprunter entre elles ;
- Resserrement du crédit ;

- Possibilité de faillites (cas de la banque Lehman Brothers aux États-Unis).

Quels sont les principaux krachs boursiers ?

L’histoire est jalonnée de nombreux krachs boursiers, dont certains ont duré plusieurs années et ont mis à mal l’économie mondiale. La première fois que le terme « krach », c’est en 1873 lorsque les bourses de Vienne et de Berlin ont chuté spectaculairement suite à une période de spéculation immobilière assez longue. S’en suivent d’autres, plus ou moins importantes.

1873 - Krach des bourses de Vienne et de Berlin

L’unification allemande en 1871 a permis à l’économie de se développer rapidement jusqu’en 1873 avec la création de nombreuses entreprises. La concurrence est devenue rude entraînant des profits qui stagnent et la chute des actions dans le monde germanophone. Le krach à commencer par les demandes de remboursement massives dans une banque de Budapest amenant par la suite la cessation de paiement de plusieurs banques de Vienne. Le phénomène s’est répandu jusqu’à Berlin. Rapidement plusieurs places européennes et américaines sont atteintes par la crise devenant ainsi une crise économique mondiale.

1929 – Krach boursier à Wall Street

Jeudi noir 1929

En 1929, les États-Unis sont confrontés à une capacité de production en forte hausse supérieure à la demande doublée d’une diminution des bénéfices des entreprises. Cela a entraîné la liquidation massive par les investisseurs des actions de ces sociétés. Entre le 24 octobre « jeudi noir » et le 29 octobre « mardi noir », la bourse américaine perd 25 %. Et en 1931, la crise touche l’économie toute entière. En 1932, le krach boursier est estimé à 89 %. Une année plus tard, la reprise économique s’amorce lentement jusqu’à que l’économie rechute en 1937. L’entrée en guerre des USA en 1941 met fin à la crise, mais la bourse américaine ne trouvera son niveau d’avant le krach qu’en 1954. Le krach boursier de 1929 aura duré près de 25 ans . Le jeudi noir de 1929 reste encore aujourd’hui l’un des plus importants krachs boursiers et économiques.

1987 – Lundi noir à Wall Street

En octobre 1987, plus précisément le lundi 19 octobre, le Dow Jones chute brutalement de 22,6 %. En 2 jours, les 19 et 20 octobre 1987, 600 millions d’actions auraient été échangées. Cette baisse brusque et d’une grande ampleur de l’indice phare de la bourse de New York entraîne la chute d’autres indices dans d’autres pays : 22,5 % au Canada, 26,4 % au Royaume-Uni, 41,8 % en Australie et 45,8 % à Hong-kong.

2000/2001/2002 – Bulle internet aux États-Unis et en France

À cause d’une spéculation excessive et de l'éclatement de la bulle internet, qui est une bulle spéculative, le Nasdaq s’effondre en avril 2000. En septembre 2000 à Paris, le CAC 40 dégringole avec une chute vertigineuse par la suite à cause des attentats du 11 septembre 2001. Entre le 4 septembre 2000 et le 12 mars 2003, l’indice boursier phare français passe de 6922 points à 2403 points – baisse de 65 % en deux ans et demi.

2007/2008 – Bulle immobilière aux États-Unis

En août 2007, la crise des subprimes américaines et le dégonflement brutal de la bulle immobilière américaine entraînent une crise bancaire suivie d’une crise boursière d’abord aux États-Unis puis dans le monde entier. Des chutes de 2 à 3 % ont été constatées le 10 août 2007 sur les places boursières européennes et asiatiques. 5 jours après, sur les marchés boursiers asiatiques , des chutes de 7 à 8 % se font ressentir. En janvier 2008, c’est le CAC 40 qui plonge de 6,83 %. S’en suivent de nombreuses chutes. Le véritable krach boursier survint le 6 octobre 2008 et la majorité des bourses mondiales connaissent leur plus forte baisse sur une semaine : 24 % à Tokyo, 22 à Paris, 21 % à New York…

2020 – Krach boursier dû au Covid-19 et à la chute des cours du pétrole

Entre le 19 février et le 9 mars 2020, le CAC 40 est passé de 6 111,24 points à 4 707,91 points soit une chute de 22,9 %. Cette chute a été principalement occasionnée par l’effondrement du cours du pétrole et la crise du coronavirus. Le DAX (Allemagne) chute de 7,94 % soit la pire depuis 2001, le Footsie (FTSE-100 Royaume-Uni) baisse de 7,69 % tandis que le Dow Jones (USA) plonge à 9,99 % (pire chute depuis le krach de 1987).

Vous pourrez aussi être intéressé par ces articles :

Résumé

Un krach boursier représente l’effondrement brusque des cours boursiers lors d’une ou plusieurs séances. Celui-ci peut être occasionné par l’éclatement d’une bulle spéculative ou la défaillance d’automates (logiciels ou robots de trading), entre autres. Ses conséquences se font sur plusieurs niveaux : économie, financement bancaire et politique. Un krach boursier tend à s’étendre d’une place à une autre et au niveau international : krach boursier de 1873 des bourses de Vienne et de Berlin, krach boursier de Wall Street en 1929, bulle internet aux USA et en France de 2000 à 2002, bulle immobilière de 2007 à 2008 et krach boursier de 2020 à cause du Coronavirus et de la chute des cours du pétrole.

Laisser un commentaire